MEDICO Catherine
Née en 1958 à Aix les Bains
Vit et travaille à Die (Drôme)
Formation Beaux-Arts de Perpignan

Présentation de l'œuvre
L'OEIL DE LA MER Cette femme juchée sur ce gros poisson, dans une posture hiératique est un guide. Ici ,animal et humain forment un couple visionnaire. Elle est
en confiance sur sa monture, pourtant elle est rescapée d'une catastrophe symbolisée par l'éclat d'obus qui soutient l'ensemble. Elle garde encore une cicatrice : la fêlure dans le corps du poisson de verre. Elle est assise sur un petit sac d'eau qui est une provision essentielle de survie. Ils vont ensemble explorer des mondes encore infiniment mystérieux. Sous la mer, il existe encore cette dimension d'inconnu et ce poisson d'un autre type la conduit d'une façon très sûre grâce à son gros œil qui est un autre sens à la fois tactile et visuel. Ils vont ensemble traverser les mondes illusoires, les mondes transparents faisant fi de la gravité.

Présentation de l'artiste
99.99% Bio. Catherine Médico, dés sa sortie des Bozarts en 81, s'active dans la vie une spatule de modelage à la main : elle reproduit des Antiques (chevaux Tang, lions et taureaux Assyriens, maquette de la Maison Carrée de Nîmes). Elle bijoute en bronze après un stage intensif de fonderie à la cire perdue. Elle s'enneige sous les flocons de polystyrène pour façonner d'énormes gaulois pour le village Astérix. Puis en 96, elle sort des sentiers modelés pour s'aventurer dans Trajet-spectacle : une association où le théâtre amateur sert un projet social. Là, durant quatre belles années, elle fréquente les décharges publiques et autres hauts-lieux de la Récup pour la confection de x-zaines de décors, costumes et accessoires. Elle y vit mille émois et aperçut mille élans.
En 2000, prend un atelier à la Griotte (collectif d'Artistes en mouvement sis dans une ancienne cimenterie à Die). Mars 2004, elle entre comme artiste permanente à
" La Galerie des Quatre Coins " au musée de " l'Art en Marche " à Haute Rives (26).

Démarche de l'artiste Je ramasse des objets, dans les dépôts-vente, les brocantes. J'ai toujours un œil qui cherche. Il faut que l'objet me parle, je n'attache pas d'importance à sa fonction ou son passé, qu'il me touche... Devant certains objets, des images me viennent tout de suite, des images comme des métaphores. Je ne sais pas pourquoi... comme s'il y avait un lien invisible. C'est une manière d'appréhender le monde, comme si les objets avaient quelque chose à nous dire. Pour moi, cet enfumoir à abeilles est, avec évidence, un cheval ; cet atomiseur est tout de suite un navire sur lequel voyage un couple ; une machine à laver qui tourne est en train de donner un concert...
J'aime ces vers (de Lamartine, je crois) : "Objets inanimés, avez vous donc une âme / Qui s'attache à notre âme et la force d'aimer... ". Je m'aperçois que je ramasse pas mal de trucs de cuisine ou des objets à trous, des passoires pour faire jouer la lumière, ça doit bien vouloir dire quelque chose, ça... peut être que je suis un peu sorcière, je " cuisine ", mais c'est très sérieux.

Pistes de travail
Quelle monture prendriez-vous pour fuir une catastrophe ?
Les mondes encore jamais visités.
La transparence et les reflets.
Combien de sortes de poissons y a-t-il dans la mer ?(ça c'est une blague, mais je suis sûre qu'il y a des enfants qui ont commencé à les dessiner).
Est-ce que vous pensez que les objets rêvent la nuit ?
Est-ce que les lunettes permettent de voir d'autres mondes ?
Inventer un nouveau genre de longue vue qui s'appellerait autre vue ?

 

H. 44 x 52 x 28 cm