MONOD Ambroise
Né(e) en 1938 à Paris
Vit et travaille à Paris, etc...
Fondateur du Récup'Art ®

Présentation de l'oeuvre
LE BANC, vol de poissons (bois de palette et compact disques fondus).
Image de fluidité et d'instinct grégaire où pourtant le déviant à contre sens offre une échappatoire au destin collectif : sans doute la création à contre courant.
Matériaux utilisés Bois et C.D. fondus.

Présentation de l'artiste
Ambroise MONOD, né à Paris en 1938, passe toute sa jeunesse au Sénégal où s'enracine la pratique de la récupération. Successivement pasteur, universitaire, journaliste, Ambroise MONOD a toujours porté un regard créatif sur le déchet en particulier, et l'environnement en général, non point pour produire des oeuvres d'art mais pour rendre sensibles les possibilités créatives qui sommeillent en nous.
En 1969, il rédige le manifeste du RECUP'ART®, marque déposée, et décrit cette démarche qui ouvre sans borne les champs de la création et confirme tout créateur dans la jubilation de ses capacités.
Depuis, d'expositions en interventions publiques, il propose d'explorer la richesse du rapport jeter - créer, à tous âges, sur toutes matières - déchets compris -, en tous emplois du temps.
Le RECUP'ART, comme une façon de vivre en couleurs le gris des horizons.

Démarche de l'artiste
Redonner à l'objet jeté l'occasion de reprendre place dans l'univers visuel, selon une finalité nouvelle ou comme une forme présente sans utilité aucune.

Espérer pour l'imagination un champ sans limite, une escapade hors des règles, des traditions, des convenances, afin de laisser à la créativité la liberté de créer ou non, beau ou laid, mesquin ou grandiose.

Créer à partir des déchets, des objets répudiés, des matières abandonnées, des éléments de décharges, c'est renoncer à la fatalité du pourrissement et établir que la création est encore une fête malgré des moyens dérisoires ou de dérision.

User des débris laissés par la société d'abondance, c'est porter un regard d'humour sur le progrès technique en donnant à la chose éphémère une chance de disparaître moins vite et de durer comme objet.

Politiser l'existence, c'est aussi saisir les possibilités de libérer l'imagination, de désobéir à la norme, de déserter la légalité, de réaliser l'imaginaire dans un acte qui EXISTE pour celui qui le vit, qui SURVIT différemment pour celui qui le voit et qui préfigure la libération espérée du monde.

ART nom commun, curieusement masculin, peut tout désigner.
(Manifeste du Récup'Art - Strasbourg 1969)

Pistes de travail
Réflexion : approfondir la notion de créativité et sa place dans les domaines :
culturel, sociologique, économique, théologique et politique.
Exposition : présenter les traces (oeuvres) de la démarche Récup'Art pour susciter le débat, la rencontre, l'émotion.
Action : mettre en oeuvre des actions publiques de créativité citoyenne, où des mètres cubes de ferraille et des arcs à souder offrent à chacun les chances d'une confrontation directe avec la matière et celles d'une expérimentation concrète des capacités de créer.

 

 
H. 53